Les murmures de la terre

de Véronique Biefnot

Les murmures de la terre

Le Livre de Poche, 2014

J’adore ce livre. On entre dans son écriture par je ne sais quel enchantement. On se sent embarqué dans les méandres de l’écriture. On part pour un voyage. On suit Naëlle à la rencontre d’elle-même, de son passé.

Ce livre parle de chamanisme, c’est très mystérieux pour moi.

Sans les visions et les expériences hallucinées de leurs pères fondateurs, aucune religion n’aurait jamais existé.

Le chamanisme est antérieur à toutes les religions orientales, mais il partage avec celles-ci la notion de communion de l’homme avec les végétaux, les pierres, les animaux… Les bouddhistes et les hindous pratiquent aussi la méditation mystique, les visions de Mahomet et les expériences de bouddha ont contribué à créer l’Islam et le bouddhisme.

Ce roman est un roman choral. Chaque chapitre débute par le pays, la ville ou le village, la date, l’heure  et le nom de la personnes. Pour Naëlle, il est souvent indiqué son prénom mais pas le reste, car tout au long du livre, on ne sait pas où elle se trouve.

Ce roman nous envole loin dans un pays lointain, la Bolivie, avec des allers et retours avec Paris, où se trouve le compagnon écrivain de Naëlle, la Belgique où se trouve une amie, qui s’interroge sur son couple…

Ce roman nous tient en haleine tout au long du livre et l’écriture est riche et cadencée. J’ai vu que Véronique Biefnot était aussi comédienne, ce texte pourrait être entendu, joué dans un film.

Vous avez dû, Naëlle, dans votre jeune vie, affronter des épreuves tellement lourdes que votre esprit a mis au point toute une série de mécanismes, de remparts, de masques pour vous aider à supporter une réalité supportable.

On avancera, avec Naëlle, sur cette vérité cachée au plus profond d’elle-même.

Plutôt que de tenter vainement de contrôler ce qui se passe autour de nous, auquel, le plus souvent, nous ne pouvons rien changer, nous pouvons essayer d’agir, sur ce qui se passe en nous : comme un artisan, tenter d’être le créateur de notre existence, de choisir avec soin les couleurs qui vont l’éclairer.

Ce livre est un hymne à la vie : ne jamais abandonner, continuer, être soi avec son vécu, ses faiblesses et ses forces. C’est un livre stimulant car il nous fait réfléchir sur notre vie, sur la vie et ses aléas.

J’ai découvert que ce livre faisait suite à « Comme des larmes sous la pluie ». Ne pas l’avoir lu, ne pas déranger dans ma lecture. Et il y a une suite qui s’appelle « Là où la lumière se pose ».

Je vais les lire.

 

Publicités

Une réflexion sur “Les murmures de la terre

  1. Pingback: Comme des larmes sous la pluie | Voyage au bout de mes livres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s