Reflets dans un œil d’homme

Nancy Huston

Actes Sud, 2012

Présentation de l’éditeur

Un dogme ressassé à l’envi dans la France contemporaine : toutes les différences entre les sexes sont socialement construites. Pourtant les humains sont programmés pour se reproduire comme tous les autres mammifères, drague et coquetterie étaient originellement liées à la perpétuation de l’espèce. Partant de ce constat simple mais devenu anathème, Nancy Huston explore les tensions contradictoires introduites clans la sexualité en Occident par deux phénomènes modernes : la photographie et le féminisme. Dans ce livre sensible et vibrant d’actualité, puissant et brillamment dérangeant, sur un ton personnel, drôle et pourtant informé, évoquant sans détours sa propre expérience comme celle des hommes qui l’entourent, Nancy Huston parvient à nous démontrer l’étrangeté de notre propre société, qui nie tranquillement la différence des sexes tout en l’exacerbant à travers les industries de la beauté et de la pornographie.

Mon avis

J’ai trouvé la lecture de ce livre très violente. Nancy Huston met des mots sur des choses que je n’aurai pas voulu savoir. Je savais bien sûr la plupart de ces choses mais c’est tellement déprimant. La femme, opprimée par atavisme, le comportement de ces mâles… Le caractère si sexué des hommes et des femmes, j’aurai voulu aller au-delà.

Voir dans une femme de 30 ans un être humain avec son identité propre et non vue par les hommes comme une proie car fécondable. Les femmes âgées, présentées comme n’ayant plus d’intérêt car non fécondable. Je suis passée au-delà de cela dans ma vie, tout occupée à vivre au mieux ma vie et à la vivre selon mes valeurs, mes désirs, libre et responsable de mes choix…

Les pages sur la prostitution sont très dures à lire. Je crois ne pas avoir saisi tout ce qu’a voulu nous dire Nancy Huston dans ce livre et le message qu’elle a voulu faire passer.

Nancy Huston fait référence tout au long du livre à Nelly Arcan, femme ayant un destin particulier, Camille Claudel, Virginia Woolf, Marilyn Monroe, Jean Seberg, cite des pages du journal d’Anaïs Nin, des personnages de roman comme celui de « La ballade de l’impossible » d’Haruki Murakami.

Nancy Huston a aussi interviewé des amis hommes sur différents thèmes de ce livre.

Le seul point positif se situe en conclusion où elle indique que de nouvelles interactions se sont développées au XXe siècle : l’amitié, la solidarité, la complicité dans le travail, la coopération à l’école… Et que cela devrait faire bouger les lignes.

Je vois que cela évolue très très lentement quand je vois l’attitude de certaines femmes de mon entourage au sein de leur famille, la façon dont elles éduquent leurs garçons et leurs filles. Etant mère de garçons, je pense avoir transmis certaines pensées et valeurs dites féministes. Je verrais ce que cela donnera dans leur vie d’adultes et leur relation aux femmes.

Une chose m’a manquée, c’est de ne pas avoir encore lu « Le deuxième sexe » de Simone de Beauvoir. Livre qui date mais qui semble être une référence encore.

Impression que tout ce que j’ai écrit ci-dessus est plutôt confus mais je suis ressortie de cette lecture avec l’esprit confus.

Sur Marilyn Monroe

Depuis l’enfance : personne pour l’aimer, la tenir, la regarder, la rassurer, l’aider à établir, entre son corps et le monde, la bonne distance, celle qui lui aurait permis de se sentir à peu près viable, lui aurait donné le droit de fouler la terre de ses pieds. Toute sa vie, Norma Jean Baker éprouvera le besoin pathologique d’être regardée, « prise » en photo, filmée, captée sur pellicule. C’est une addiction, ce besoin-là. Dans un premier temps, il est grisant de se sentir désirée à ce point mais, à la longue, le désir des hommes anonymes et innombrables vous bouffe et vous bousille.

 

Je remercie Jostein pour cette lecture commune. Cela m’a bien encouragée à lire ce livre. Vous retrouverez son avis ici.

Ce livre était dans ma PAL depuis 2013.

Publicités

4 réflexions sur “Reflets dans un œil d’homme

  1. Pas convaincue par le point de vue de Nancy Huston. J’espère que Le club des miracles relatifs, qui est aussi dans ma PAL me reconciliera avec l’auteur.
    Merci de m’avoir accompagnée et de m’avoir permis de sortir ce livre de ma « Vieille » PAL

    Aimé par 1 personne

    • Non moi non plus pas convaincue par ce livre. D’habitude, j’aime bien Jane Austen. J’ai aimé beaucoup de ces livres. Le précédent que j’ai lu c’était « Bad Girl » et j’ai trouvé cela très intéressant. Merci à toi aussi. Enfin, un livre sorti de cette PAL.

      J'aime

  2. Pingback: Reflets dans un oeil d’homme – Nancy Huston | Sur la route de Jostein

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s