La nuit introuvable

Gabrielle Tuloup

Editions Philippe Rey, 2018

 

Un fils – Une mère

Un lien rompu depuis toujours.

Alzheimer et tout repart à zéro. Un fils redécouvre sa mère.

Tout s’explique.

Son inconstance auprès des femmes, ses fantasmes inaboutis.

Une écriture introspective qui nous donne le point de vue du fils.

La mère, atteinte d’Alzheimer, se dévoile parcimonieusement par des lettres adressées à son fils, écrites avant sa maladie et qu’il reçoit à un rythme d’une lettre tous les deux mois, lors de ses retours en France.

Des lettres. Le temps pour une mère de dire son amour à son fils. Son fils qui la vie durant a vécu difficilement le désamour de sa mère.

Sa mère a vécu un drame inimaginable avant sa naissance. Puis à la naissance de Nathan, son fils, elle a eu peur, peur de ne pas savoir le protéger. Elle a confié cette tache aux bras du père.

Ecriture tout au fil du rasoir. On ressent cette tension, le mal être de Nathan et sa difficulté dans ses relations avec les femmes. La fuite.

Ecriture qui nous fait entrer tout de suite dans la psychologie de son personnage. On ne s’y identifie pas mais on y est sensible. On comprend. On ressent de l’empathie pour Nathan.

J’ai beaucoup aimé cette relation compliquée mère/fils où chacun se dévoile, s’explique et se retrouve.

C’est une très belle histoire tout en nuances que nous raconte Gabrielle Tuloup.

Lu dans le cadre des 68 premières fois

2 réflexions sur “La nuit introuvable

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s