Une mère modèle

Pierre Linhart

Editions Jeanne Carrière, 2018

Ce livre raconte l’histoire d’une femme, d’une mère plus particulièrement, mais aussi d’une famille et d’un fils, un mari, un écrivain et une musicienne.

C’est une famille modèle à qui tout semble réussir par les métiers exercés passionnément, une vie riche sans encombres mais aussi une vie de tous les possibles.

Tout bascule quand William, le mari de Florence obtient un poste universitaire à New York. A temps partiel au début et à plein temps ensuite. Et là, se pose la question d’aller vivre tous ensemble à New York ou pas. Joachim, le fils de 10 ans, qui semble souffrir du manque de son père et devient difficile. Le manque dans la famille. La fatigue. Les tranquillisants.

Le dilemme se pose pour Florence : aller s’installer à New York tout en sachant qu’elle ne retrouvera pas son travail qu’elle exerce passionnément à l’Opéra Bastille.

A partir de là, tout déraille.

On comprend que l’apparence dorée de cette famille ne l’est pas. Tout se craquelle.

Le souvenir de sa sœur musicienne morte trop tôt. La passion de la musique qu’elle ne partage pas ni avec son mari, ni avec son fils.

Elle avait eu des petits amis. Tous étaient musiciens et c’était suffisant pour les unir. Elle n’aurait jamais envisager de tomber amoureuse d’un homme qui ne se consacrât pas sa vie à la musique. Mais William était aussi dévoué à la littérature qu’elle l’était à la musique. Ils avaient cet engagement commun, qui les rendait si familiers l’un à l’autre.

Elle va s’enticher ensuite de ce jeune camarade de classe de Joachim, Moussa à qui elle pense apporter beaucoup et qui semble reconnaissant. Il semble doué pour la musique. Elle lui donnera des leçons de piano. Elle fera avec lui ce qu’elle aurait aimé partagé avec son fils.

Sa vie à Paris, cet équilibre instable, tiraillée entre le modèle de mère qu’elle aimerait être, son travail, son amour devenu plus incertain pour William fait que tout bascule complètement. Elle en est malade, sombrant dans la folie, le chaos. Elle est arrivée à un point culminant de tensions que tout éclate à ce moment et que cela éclate dans son corps.

N’assumant plus grand chose, son fils part vivre avec son père à New York. Elle se retrouve petit à petit.

Au début, il y avait quelque chose de vertigineux. L’appartement pour elle seule, ne pas aller à l’école, ne pas l’accompagner au basket et au judo. Plus d’horaire à respecter, ni repas fixe à préparer, ni devoirs à surveiller… Tout ce qui était chronométré, ritualisé et intangible avait disparu,comme l’impératif de prendre en compte les besoins et les désirs de Joachim et William. Ils étaient si présents en elle qu’il fallait à présent découvrir ce que leur absence allait laisser émerger.

Ce fut d’abord un immense vide qui paraissait impossible à combler. Que faire ? Son désir était comme un vestige enfui dans les limbes inaccessibles, qu’il fallait exhumer. Ce qu’elle fait. Elle le déblaie, le restaure, le polit. Livrée à la solitude, elle le laisse croître en elle, se préciser, se renforcer, pour qu’il l’entraîne vers l’inconnu. Elle se construit dans cette liberté nouvelle où tout paraît possible.

Elle renoue avec son fils dans cette liberté. Elle arrive à être mère dans la distance. Et le fils aussi trouve sa place. Il se met à jouer de la batterie alors qu’il ne semblait pas aimé cela. Le lien est là.

Très beau livre sur la relation mère/fils mais aussi le couple, la place de la famille et de son épanouissement personnel au milieu de toutes ces contraintes. Oui, il faut faire des choix. Des choix de vie pour soi.

Pierre Linhart est scénariste et ici tout semble bien codifié, pensé et écrit afin de ménager le suspens du lecteur.

C’est un très bon premier roman que j’ai pris plaisir à lire.

Lu dans le cadre des 68 premières fois.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s