Pétronille

Amélie Nothomb

Albin Michel, 2014

Pétronille

Cela faisait très longtemps que je n’avais pas lu un Nothomb, bien que m’attendent dans ma PAL « Barbe Bleue » et « Le fait du prince ».

Je n’ai pas pu résister à ce dernier « Pétronille », cette histoire d’amitié forte entre deux personnes totalement extravagantes : l’auteur et Pétronille (inspirée de Stéphanie Hochet dont j’ai lu « Sang d’encre », « Les éphémérides », « La distribution des lumières »).

Ce livre m’a fait rire, sourire. Ce livre a été une bulle d’air (ou de champagne ?) dans la morosité ambiante.

La narratrice se cherche une compagne de champagne. Elle la trouve en Pétronille. Pourtant, au départ, il semble que ces deux personnes n’ont rien de commun à part écrire des livres.

Pétronille, contrairement à Amélie Nothomb, est une écrivaine moins connue. Mais leur amitié est réelle et fait fi des conventions.

Plein de choses m’ont fait rire telle que sa rencontre avec Viviane Westwood à Londres et avec la ville de Londres elle-même. La référence au buffet de la gare de Vierzon dont j’ai fait l’expérience deux fois dans la journée lors d’un déplacement à Bourges. Pétronille incroyable qui joue à la roulette russe. Les noms des livres de Stéphanie Hochet qui en étant Pétronille passent par exemple de « Moutarde douce » à « Vinaigre de miel ». Aussi Pétronille qui dit avoir lu le roman d’Amélie Nothomb pour se distraire alors qu’elle semble si sérieuse.

Je vous conseille ce livre, c’est frais, bien écrit, drôle et il s’en dit beaucoup sur les livres, les écrivains, l’édition et sur les mœurs d’Amélie Nothomb. lol

 

 

Publicités