Juste un peu de temps

Caroline Boudet

Editions Stock, 2018

Caroline Boudet nous propose ici le portrait d’une jeune femme, Sophie, mère de famille, épouse, salariée qui court tout le temps. Elle dresse des listes quotidiennes de tâches à faire pour répondre aux besoins de ses enfants, de son conjoint. Sans cesse sollicitée (même sous la douche), elle doit prévoir, anticiper. Toute la vie de la maisonnée repose sur elle. Cette femme est surchargée physiquement et mentalement.

Caroline Boudet nous montre que cette femme qui assume tout dans la vie familiale est carrément flouée à son travail. En effet, elle est rétrogradée à la naissance de son enfant, mise au placard alors que son collègue masculin devenant père est plutôt mis en avant et promu. Le mari de Sophie est peu investi dans cette spirale quotidienne, Sophie lui laisse peu de place à prendre tout en charge elle-même.

Sophie, à un moment, souhaite un répit et s’évade dans une ville voisine au bord de la mer et y restera quelques jours, ne donnant pas de nouvelles à sa famille.

Elle se repose dans un premier temps et ensuite elle prend le temps de réfléchir à ce qu’elle souhaite. Elle veut changer sa vie, se retrouver, ne pas s’oublier dans sa vie.

A la fin, elle retourne chez elle, boostée et elle constate que finalement rien n’a changé. Tout au long de la lecture, nous avons le point de vue de plusieurs personnes : son mari, ses amies, son collègue amoureux d’elle, une cliente d’un restaurant qui aperçoit Sophie déjeuner seule, son fils… C’est très intéressant de lire tous ces regards.

Je me suis posée la question à qui s’adressait ce livre.

Il montre un quotidien de nombreuses femmes, je présume, qui prennent tout en charge, qui doivent laisser de côté leur métier pour cela et perdre aussi un peu de leur âme. Je pense que la cible sont ces femmes.

Si on analyse un peu plus près, on peut se questionner sur le pourquoi de cette vie. Apparemment, c’est quelque chose qui a du être légué par sa mère : être une épouse et une mère exemplaire, une Wonder Woman du quotidien. J’en ai rencontré des comme celles-ci rivalisant d’ingéniosité pour faire tout un tas de choses mieux que tout le monde et être assez fières de jongler dans cet emploi du temps ménager et de parvenir au bout de ces listes, trouvant sens dans ce tourbillon. A côté bien sûr, on peut paraître minable de ne pas être ainsi, de ne pas se sentir assez bonne mère pour ne pas avoir créé l’anniversaire de folie pour son enfant par exemple. C’est comme une compétition entre mères. Bon, moi, j’ai déclaré forfait dès le départ à ce genre de jeu.

Je vois cela comme un témoignage. Il faut donc revoir toutes l’éducation de nos filles et de nos garçons et de se tenir loin de certaines traditions. Le bonheur de chacun est dans l’épanouissement personnel. Il faudrait aussi que les pères aient autant de congé paternité que les mères, que le regard change aussi. Il y a toute une réflexion de société à mener sur ce sujet. Il me semble que les pays nordiques sont plus avancés sur ce sujet que nous. Ils seraient surpris de voir notre société archaïque.

Caroline Boudet ne propose aucune piste, à part la fuite.

C’est un livre qui paraît simple au premier abord mais qui amène à réfléchir bien sûr, même si on ne se reconnaît pas dans ce portrait.

 

Lu dans le cadre des 68 Premières Fois