Apprendre à lire

Sébastien Ministru

Collection « Le courage », Grasset, 2018

J’ai apprécié la lecture de ce roman dont le thème central est la relation d’un fils de 60 ans avec son père.

J’ai apprécié la lecture fluide et simple mais riche apportée par cette écriture tout en retenue.

On découvre ce narrateur pourtant jeune mais vieux qui doit prendre soin de son père et cela ne s’annonce pas facile face à ce père plutôt acariâtre.

Ce père vieillissant qui devient dépendant avec l’âge n’est plus ce père que le narrateur a connu plus jeune et à qui il avait pu faire mille reproches. Les relations sont très complexes entre réminiscences du passé et les contraintes du quotidien de la vieillesse.

S’y adjoint le thème du couple, sa sexualité inexistante, l’amour malgré tout.

La prostitution.

Et ce personnage, Ron, que j’ai trouvé très attachant et intéressant qui avec sa jeunesse a tout compris de la vie. Il sait où aller et comment faire pour y aller sans s’encombrer du passé.

Ce dernier, voulant devenir instituteur, se retrouve à apprendre à lire et écrire au père acariâtre du narrateur. Et on découvre ou redécouvre que oui, certaines personnes n’ont pas pu aller à l’école et pu apprendre à lire. Elles se sont retrouvées à la marge silencieuse du monde. Ce jeune homme a fait beaucoup pour remettre sur les rails cette famille pour qui le mot « famille » ne signifiait plus rien.

L’écriture de Sébastien Ministru promet beaucoup. Il sait nous faire entrer dans la psychologie des personnages et leurs dilemmes.

Le narrateur a su accompagner la fin de vie de son père et dans le même temps, cela l’a aidé à se libérer des tensions du passé.

Voilà, j’ai aimé ce livre.

Lu dans le cadre des 68 premières fois

Publicités

La meilleure des vies

J.K. Rowling

Grasset, 2017

Joli petit livre qui nous donne à lire le discours de JK Rowling à la cérémonie de remise des diplômes à l’université de Harvard en 2008.

Ce livre a pour sous-titre « Des bienfaits insoupçonnés de l’échec et de l’importance de l’imagination ».

J.K. Rowling nous livre ici un message encourageant. Elle fait part de son histoire personnelle. A un moment de sa vie, elle a touché le fond et l’échec de cette situation lui a permise de se recentrer sur elle et sur son désir d’écrire qui la tenaillait. Elle s’est mise à écrire et évidemment vous savez sur quoi cela a débouché. Elle nous incite à mieux nous connaître et aller vers ce qui nous est essentiel. Pour elle, ce fut l’écriture, sa fille, ses amis précieux. On apprend qu’elle a travaillé pour Amnesty International et ce travail n’est pas anodin dans son parcours. Son parcours fait rêver mais on voit que tout n’a pas été simple pour elle. Rêvons et osons !

Le livre en lui-même est très beau graphiquement, il constituera un excellent cadeau aux fans de J.K. Rowling mais aussi à tout autre personne de votre entourage pour le message positif véhiculé dans ce livre.

 

 

Je dansais

Carole Zalberg

Grasset, 2017

 

J’ai été impressionnée par la force et la beauté des mots de Carole Zalberg. J’ai lu beaucoup de passages à voix haute pour mieux les entendre. La tension dramatique était au maximum dans cette histoire d’enlèvement et de séquestration pendant trois ans de Marie, une jeune fille de treize ans par ce monstre au visage défiguré. On entend les voix de cette jeune fille, de son bourreau, de ses parents mais aussi des voix de femmes qui ont du subir la violence des hommes.

La vérité, c’est que je suis soumise mais pas tout à fait vaincue. Envers et contre tout, j’espère encore un après lui. Alors je tiens. Je m’évertue à tenir.

Le début de cette histoire est un échange de regard dans la rue, le regard de Marie qu’elle ose poser sur celui qui deviendra son bourreau. Lui est défiguré par un accident, son visage n’est plus un visage et personne ne peut le regarder. Mais elle l’a fait. Cela deviendra une obsession chez lui, l’observer, la connaître et l’enlever. L’enlever pour lui.

Dans l’autre monde, celui que tes yeux ont créé en rencontrant mes yeux, tu es mienne comme ici et tu l’es par ce que tu le désires. Tu m’écoutes et m’étreins. Tu me répares. Sous ton regard et entre tes mains je suis indemne. Je suis avant l’accident.

Le ravisseur utilise des mots qui pourraient être beaux et magnifiques s’ils étaient dits par un amoureux transi mais néanmoins possessif. Mais le contraste entre ces mots et ses actes font qu’on ressent un sentiment d’horreur. Il y a en particulier un monologue de la page 47 à 68 où on sent tout le tragique, la tension dramatique. Dans ce monologue, il raconte sa vie, sa rencontre avec elle, ses espoirs. Il s’adresse à elle. Elle est devenue objet, une poupée, un objet sexuel dans ses mains. Marie, malgré, développe un instinct de survie.

Les premières fois, je chercherai à empêcher l’assaut. Mais j’ai appris. Mieux vaut l’immobilité. Quand il se consume, mieux vaut la pierre. Attendre au fond de soi. Ensuite, il me lavera, soignera les traces de sa brutalité, mendiera un pardon que je n’accorderai jamais. Et c’est lui, qu’il punira. Je le sais : d’abord, à coup sûr, il s’endort, mais plus tard, beaucoup plus tard, je l’entends hurler.

Au fur et à mesure de la lecture, on entend d’autres voix de femmes. Les femmes violées par des soldats en temps de guerre, les lycéennes enlevées par des fanatiques religieux, les meurtres de femmes à Ciudad Juàrez… pour finir par un « On ». Ce « On » représente pour moi toutes ces femmes actuellement ou à travers les siècles qui subissent ou ont subi le joug, l’oppression, la violence des hommes.

C’est une lecture extrême qui nous fait passer par toutes sortes de sentiments et aussi une lecture très déstabilisante. C’est un livre très fort qui laissera des traces dans mon esprit.