Monsieur Origami

Jean-Marc Ceci

Gallimard , 2016

Comment parler de ce roman que vous devez absolument lire alors que la canicule me fait perdre tous mes moyens de réflexion ?

Je vais essayer. L’écriture de Jean-Marc Ceci est dépouillée, précise mais essentielle. « Monsieur Origami », dès les premiers mots, nous fait entrer dans une autre dimension, celle d’un état d’esprit importé du Japon. Chaque chapitre nous donne à contempler un tableau. On n’entre pas dans la psychologie des personnages. On voit les personnages. On découvre le washi, ce papier que fabrique Monsieur Kurogiku avec lequel il pratique l’origami. L’origami pourrait être une banale activité de pliage mais elle devient méditation avec l’activité de dépliage et d’observation. Ce Monsieur Kurogiku, appelé aussi Monsieur Origami vit dans une maison qui a été abandonnée par son propriétaire, en Toscane. Il a quitté le Japon pour une femme entrevue, une illusion. L’arrivée d’un homme plus jeune, Casparo, travaillant à un projet de montre complexe, permet d’en savoir un peu plus sur ce monsieur. J’ai beaucoup aimé ce livre qui procure un sentiment de bien-être rien qu’à le lire. Je le relirai pour mieux savourer encore chaque mot et essayer de saisir ce mystère d’écriture. Ce livre peut devenir un livre de chevet qu’on feuillette et dont on relit certains passages.