Dans les rapides

Maylis de Kérangal

Folio, 2014

 

Plongée dans le Havre de 1978 en compagnie de trois adolescentes assez délurées. Un lien les unit : la musique et en particulier la découverte de Debbie Harris, la seule femme du groupe Blondie.

Le langage est très travaillé au niveau des noms et des adjectifs, une énumération folle qui nous emmène dans un tourbillon rock’n roll et nous fait lire ce livre avec un certain rythme (endiablé ?).

J’ai apprécié la lecture de ce roman qui m’a replongé dans le Havre que j’ai connu étudiante (il y a une éternité) et cela m’a fait réécouter Blondie et Kate Bush. Une plongée musicale.

Un livre qui fait voyager dans tous les sens du terme.

Pour les nostalgiques d’une certaine époque et de cette ville très particulière qui est Le Havre.

Ce livre était dans ma PAL depuis 2014. Il était temps.

Je renoue avec L’objectif PAL d’Antigone.

Un chemin de tables

unchemindetables

Maylis de Kerangal

Collection « Raconter la vie », Seuil, 2016

Bon, j’avoue que j’ai dans ma PAL d’autres livres de Maylis de Kerangal « Naissance d’un pont », « Dans les rapides », « Réparer les vivants » mais que j’ai malgré tout eu envie de lire ce petit livre racontant le parcours d’un jeune cuisinier autodidacte. J’avais commencé il y a très longtemps « Naissance d’un pont » en vue d’une rencontre avec l’auteure mais l’écriture prodigieuse de Maylis de Kerangal me faisait systématiquement partir dans les songes, me propulsant sur les lieux du livre et dans l’histoire et me faisait avancer à très petits pas dans les pages. J’ai remisé cette lecture à plus tard mais j’ai pu apprécié l’écriture très précise et riche de cette auteure.

Je suis depuis un moment en panne de lecture, depuis début juin pour être très précise. Cette panne est venue après de lectures intenses et imposées pour le Grand Prix des Lectrices de ELLE.  Je n’arrive plus depuis ce temps à me concentrer très longtemps sur l’écriture d’un livre ou à trouver de l’intérêt à un livre. Ce petit livre lu durant cet été était parfait pour ma situation. J’aime la cuisine et j’ai aimé lire le lexique de cuisine très précis utilisé dans ce livre. Maylis de Kerangal nous livre le parcours de Mauro dans le monde professionnel de la cuisine sous le regard bienveillant de la narratrice qui semble être une amie. On découvre différentes sortes de cuisine, de concepts, de restaurants et la difficulté du travail de cuisinier et du monde professionnel de la cuisine. Mauro est un passionné de cuisine même si au début il ne concevait pas d’en faire son métier, puisqu’il s’est dirigé vers des études de Sciences Economiques. J’ai bien aimé ce livre et j’ai trouvé le personnage de Mauro très intéressant.

C’est la première cuisinière qu’il rencontre, cuisinière de profession, cuisinière depuis toujours. Durant l’été, elle lui montre sur ce terrain bien autre chose que la débrouille gastronomique des artistes, celle qu’il connaît, celle des amis qui mélangent leurs histoires. Elle l’introduit dans un autre domaine, le domaine écologique, le territoire des ressources terrestres. C’est une vaste étendue de fruits et de légumes, de poires blondes, de courgettes diamant, de carottes fanes et de tomates coeur-de-boeuf, de racines goûteuses, d’aubergines sultanes et d’herbes sauvages, le cerfeuil, la sauge et les orties. C’est un continent peuplé de petites volailles que l’on saisit par le cou, où l’on parle au cochon Napoléon, où règne le taureau Soleil, c’est une cuisine humaine. Un autre monde. Il se passe quelque chose. Mauro aime qu’elle vive comme elle pense, connectée à la terre, aux saisons, aime son énergie et la limpidité de ses humeurs – la gaieté franche, la colère orageuse – et je suis certaine qu’il a été chamboulé par la sûreté de son geste, de son pas, de son regard. 

 

Dans cette même collection « Raconter la vie », j’avais adoré le livre d’Annie Ernaux « Regarde les lumières mon amour » sur le monde des supermarchés et en particulier sur celui près de chez elle, le centre commercial des 3 Fontaines à Cergy. Elle y mêle histoire personnelle et sociologique. Passionnant.