M Train

M Train

Patti Smith

Gallimard, 2016

C’est un livre puissant. Patti Smith se livre à nous : son café nécessaire, ses voyages, ses hommages à Genet, Rimbaud, Sylvia Plath, ses morts qui l’accompagnent, ses lectures, son travail d’écriture, son bungalow, sa solitude d’écrivain, son rêve d’écrivain, ses références à Boulgakov, Murakami, Bolanõ…  sa société secrète très mystérieuse… ses tournées, ses interventions, ses conférences, son mari Fred qui lui manque, sa liberté…

Je ne connaissais pas Murakami ; j’avais passé les deux dernières années à lire et à déconstruire 2666 de Bolãno – lu du début à la fin, et relu en partant de la fin. Avant 2666, « Le Maître et Marguerite » avait éclipsé tout le reste et, avant de lire tout Boulgakov, il y avait eu une histoire d’amour épuisante avec tout Wittgenstein, y compris des tentatives répétées de saisir son équation.

Il existe deux sortes de chefs d’oeuvre. Il y a les œuvres classiques, monstrueuses et divines telles que Moby Dick, Les Hauts de Hurlevent ou Frankenstein ou le Prométhée moderne. Puis il y a ces textes où l’auteur semble infuser une énergie vitale dans les mots tandis que le lecteur est secoué comme dans une machine à laver, essoré et suspendu pour le séchage. Des livres dévastateurs. Comme 2666 et Le Maître et Marguerite. Chroniques de l’oiseau à ressort est de ceux-là. A peine terminé, immédiatement j’ai été obligé de le relire. 

 

J’aime cette liberté et elle vit loin des modes, des convenances et cela, c’est super. Son mode de vie me libère aussi.

Elle semble seule et vit cette solitude nécessaire pour écrire mais le café est un lieu social où elle se rattache au monde. Tous les matins, elle se rend dans le café d’en face de chez elle pour prendre son café, sa tranche de pain complet qu’elle trempe dans de l’huile d’olive.

Cette femme me fascine depuis que je l’ai découverte dans « Just Kids ». Pour moi, elle est un modèle.

J’ai été ravie d’assister à la rencontre qui a eu lieu au Théâtre de la Bastille en avril dernier, de l’écouter, de sourire, de rire et de chanter tous ensemble avec elle. Une sacré femme ! J’attends très patiemment son prochain livre.

 

 

Mes achats du premier jour du mois

IMG_20160401_183437189-2 (2)

C’est la première fois que je fais cela : aller acheter des livres tant attendus le jour de leur sortie.

J’aime tellement les livres d’Annie Ernaux que j’attendais ce dernier « Mémoire de fille » depuis que j’en ai pris connaissance. Les derniers interviews lus d’elle m’ont donnée encore plus envie de le lire. Je crois avoir tous ses livres. J’ai acheté son premier livre je pense quand j’avais 20 ans et je me souviens encore de l’endroit. C’était au Havre à la librairie La Galerne qui se trouvait à l’époque sous le pot de yaourt. J’avais pris ce livre en folio de cette écrivain qui était de ma région. Je l’ai pris pour cela, car elle parlait d’Yvetot et que j’ai passé ma jeunesse pas très loin de là. Et depuis, j’ai lu tous ses livres, des livres qui me parlent, du milieu populaire dont elle est issue, de son parcours remarquable et de ce partage de souvenirs, de ressentis… Bref, je l’adore.

Ensuite, j’aime d’amour les livres de Patti Smith depuis que j’ai lu « Just kids ». Et « M Train » qui semble être une sorte de suite ne pouvait pas attendre plus de temps avant que je me le procure. Je suis fascinée par cette femme qui aime tant Rimbaud.

Et bien, ce weekend, je ne suis là pour personne. Vous comprendrez.

J’ai noté deux dates où il est possible de rencontrer ces deux auteurs :

– Le 9 avril au Théâtre de la Bastille pour Patti Smith, j’y serai !

– Le 15 avril, Annie Ernaux sera à Atout livre, une librairie à Paris 12e, je pense que j’y serai !