Ta vie ou la mienne

Guillaume Para

Editions Anne Carrière, 2018

Présentation de l’éditeur

Hamed Boutaleb naît à Sevran, en Seine-Saint-Denis. Orphelin à l’âge de huit ans, il part vivre chez son oncle et sa tante à Saint-Cloud, commune huppée de l’Ouest parisien. Pour la première fois, une existence sans adversité s’offre à lui. Hamed saisit sa chance et s’épanouit avec une passion : le football. Il brille dans le club de la ville, où il se lie d’amitié avec l’un de ses coéquipiers, François.

À seize ans, le jeune homme tombe amoureux de Léa, qui appartient à un autre monde, la haute bourgeoisie. L’amour passionné qui les lie défie leurs différences et la mystérieuse tristesse qui ronge l’adolescente. Hamed touche du doigt le bonheur, mais celui-ci vole en éclats lorsque la jeune fille lui avoue que son père la viole depuis ses douze ans. Une nuit, le père de Léa est blessé au cours d une agression. Il en restera paralysé. Hamed est rapidement mis en cause avant d’être incarcéré.

En prison, où il passera quatre ans, la violence devient sa seule alliée. Par instinct de survie, il refuse de revoir Léa. Lorsqu’elle accouche d’un petit Louis, c’est François qui offre son réconfort à la mère et l’enfant, tandis qu’en détention Hamed sombre dans la haine et la colère.

Hamed et Léa se retrouveront, quelques années après. Mais leur amour, toujours présent, suffira-t-il à les réunir ?

Mon avis

Les personnages sont essentiels dans ce premier roman de Guillaume Para. Ils sont si présents au lecteur qu’on vibre avec eux. Même si au départ rien ne pouvait nous accrocher à eux, ils sont si terriblement humains dans leurs faiblesses, leurs difficultés et leurs questionnements qu’on s’attache à ceux-ci.

Les personnages tels que François, l’ami d’Hamed ou Jean-Louis, son compagnon de cellule à Fresnes contrebalancent par leur côté posé, fiable et leur gentillesse, les personnage si tourmentés d’Hamed et de Léa dans un premier temps.

C’est un livre humain, très humain montrant les chemins de certains qui se fracassent, comme si irrémédiablement, il n’y avait pas d’autres issues.

En commençant ce roman, on savait déjà cela d’Hamed, que même avec les étoiles qui ont gravité à certains moments autour de lui, son caractère, son tempérament, la construction de sa vie dès son enfance ne permettaient rien d’autres.

Guillaume Para a le don de faire vivre ses personnages et de nous les rendre proches.

Bravo !

Lu dans le cadre des 68 Premières fois

Publicités